La marque française dépoussière l’art de la table avec ses élégants couteaux à lames tatouées. Leur nouveau configurateur en ligne, lancé au printemps, permet à chacun de personnaliser ses outils.

Comment pouvez-vous espérer couper parfaitement la viande sans lame ? Primitif, trivial et familier, le couteau Deejo est un outil indispensable…

Une lame made in france

Un sujet sensible pour les puristes qui ne jurent que par les manches en bois naturel et les lames tranchantes en inox. Avec le Deejo Knife, les esprits exigeants comme les profanes seront comblés. Située aux portes de Paris – Bagnolet gère et vend, Torcy s’occupe de la production et de la logistique – cette entreprise française a fait une entrée fracassante dans le monde des arts de la table. Luc Foin et Stéphane Lebeau sont aux manettes de la marque, lancée en 2014, et les deux amis de longue date ont pour objectif de sortir l’article de leur zone de confort : « Make it a ‘talking piece’, comme on dit en anglais, une conversation d’actualité, un objet remarquable et saisissant. »

A gauche : Le couteau se compose d’une lame avec un tatouage au motif Art Déco en acier inoxydable poli miroir et d’un manche en bois corail ou blanc. A droite : lame dentée sculptée Grand Siècle avec manche en bois d’olivier.

Une allure audacieuse et élégante

Ce couteaux deejo au design minimaliste associe une lame tranchante à un manche en bois légèrement évidé. Pour lui donner un supplément d’âme, l’idée pour les deux partenaires était de proposer à leurs modèles de multiples combinaisons qui varient selon les goûts et l’humeur. Les couteaux Deejo fonctionnent sur les finitions en acier (poli miroir ou titane anthracite), les types de bois (ébène, olive ou blanc) et l’affûtage (rasoir ou micro-denté, qui sont particulièrement populaires en Allemagne et aux États-Unis), et sont disponibles en deux Set, quatre ou six pièces.

La lame est décorée d’une belle gravure au laser et peut être utilisée harmonieusement autour de différents thèmes. Fleurs à la « Fleur », à la « Toile de Jouy », graphismes à la « Géométrie » ou « Art Déco », ces collections se sont enrichies de nouveautés : « Grand Siècle », inspirées des décors du Château de Versailles, et  » Japon », influencé par les estampes Ukiyo-e.

Les couteaux Deejo ont changé nos habitudes et donc le monde de la coutellerie française.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.