Les liens externes brisés (ou backlinks) sont des liens qui mènent vers une destination extérieure à une page qui n’existe plus ou n’a jamais existé. Cela peut s’expliquer par de nombreuses raisons. A savoir : des sites qui disparaissent d’Internet, des pages individuelles qui migrent pour des raisons de restructuration ou de mise à jour, des pages supprimées. Les erreurs dans les URL peuvent également mener à une erreur.

Pourquoi supprimer ou réparer les liens brisés ?

Les liens externes brisés peuvent être une véritable nuisance pour le référencement. Si les internautes reçoivent juste un message d’erreur lorsqu’ils cliquent sur un lien, ils n’obtiendront pas les informations supplémentaires qu’ils avaient besoin. Si cela se répète plusieurs fois, c’est extrêmement mauvais pour l’expérience utilisateur.

Votre agence de rédaction de contenu à Madagascar doit vérifier périodiquement la présence de liens brisés. S’il y en a, il est essentiel de les « réparer » ou de les supprimer. De cette façon, vos visiteurs profitent d’une meilleure expérience utilisateur, car votre site donnera des informations beaucoup plus complètes. Puis, ce dernier sera également mieux noté par les moteurs de recherche. Les liens externes brisés peuvent être reconnus très facilement avec des outils comme SISTRIX.

Combien de liens entrants une page doit-elle avoir ?

Cela dépend du nombre total de liens sur le site. En principe, une bonne structure de liens sur le site peut indiquer aux moteurs de recherche quelles pages sont à considérer comme particulièrement importantes.Ces dernières devraient en effet recevoir un plus grand nombre de liens internes suivant le nombre total des liens sur le site.

Pour les liens entrants, ce qui suit s’applique généralement : plus il y en a, mieux c’est. Les soi-disant backlinks sont toujours un signal de qualité pour Google. Ils peuvent être décisifs pour les classements, sans compter qu’ils sont une excellente source de visiteurs pour votre site. Mais le plus important, c’est la qualité des liens entrants.

Un lien peut en effet avoir une valeur différente pour l’optimisation des moteurs de recherche et pour son propre trafic. Un lien provenant d’un site à fort trafic, auquel le groupe cible et Google font confiance pour son expertise, vaut plus que des dizaines de liens provenant d’un site aléatoire à faible visibilité.

Follow ou nofollow : quel attribut dois-je choisir ?

Fondamentalement, vous devez choisir entre l’un des deux attributs pour chaque lien. Pour ce faire, il est utile de préciser quelles pages doivent être liées avec quel attribut. Pendant longtemps, les référenceurs ont lié des pages pour lesquelles le classement n’était pas important avec des liens nofollow, comme les mentions légales ou la politique de confidentialité. L’idée était que le « Linkjuice » et le budget d’exploration ne devaient pas être gaspillés inutilement sur des pages qui ne devraient pas se classer sur Google.

Les modifications apportées à l’algorithme de Google ont fait que le moteur de recherche ne fait plus la distinction pour les liens internes. Google suit les deux pistes de la même manière. Les liens internes nofollow pourraient même causer des dommages.

Il est donc conseillé d’ajouter un « follow » à tous les liens internes. Les pages qui ne devraient pas apparaître dans les classements peuvent être balisées en conséquence avec une balise noindex.

Décider entre l’un des deux attributs est certainement logique. Cependant, en fonction de l’état actuel des choses, vous devez utiliser l’attribut follow pour les liens internes. En effet, la quantité de liens internes sur le site est bien plus importante que leur attribut. Une structure de liens qui a du sens vous permettra de mieux contrôler votre Linkjuice.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.